Morvillars (90)

Dernière mise à jour de l'article : vendredi 2 août 2013

La commune de Morvillars est située au sud-ouest du département du Territoire de Belfort, et fait partie de la Communauté d’Agglomération Belfortaine. La commune a signé la Charte début 2013, dans le cadre du Projet Régional "Zéro Pesticides en Franche-Comté", et s’est engagée à atteindre la label de niveau 2. En 2014, la municipalité a décidé d’entretenir en "zéro phytosanitaire strict". Elle s’est engagé au niveau-3 de la charte et a obtenu son label le 1er juin 2015.

Département : 90 ;
Type de structure : Mairie ;
Taille de la commune : de 5 à 10 km² ;
Nombre d’habitants : de 1000 à 2000 hab. ;
Année d’engagement : 2013 ;
Niveau d’engagement : 3 ;
Niveau de labellisation : 3 ;
Technique - désherbage thermique : Gaz ;
Technique - désherbage mécanique ou manuel : Balayage ; Binette et arrachage manuel ; Débroussailleuse à fil ;
Technique - préventif : Enherbement volontaire de surfaces minérales ;
Autres techniques :
Outils de communication : Bulletin municipal ; Journée d’information, conférence, salon... ;


Descriptif et Enjeux

Morvillars est traversé par le cours d’eau de l’Allaine, qui fait l’objet d’un contrat de rivière visant à restaurer, entretenir et valoriser la rivière et son bassin versant. Dans ce cadre une des thématiques nécessitant plan d’actions est la gestion des problématiques phytosanitaires en zone non agricole.

La prise en compte de l’impact de ses pratiques phytosanitaires pour l’entretien des espaces publics est un enjeu majeur pour la commune de Morvillars qui a, dans un premier temps, réduit les quantités de produits appliqués et mis en œuvre plus de désherbage manuel. C’est donc tout naturellement que la commune a décidé d’intégrer le projet "Zéro Pesticides en Franche-Comté" et de s’engager dans la Charte d’Entretien des Espaces Publics, lui permet ainsi de bénéficier d’un accompagnement notamment technique dans sa démarche.

Objectif de l’engagement

Initialement, l’engagement de la commune était de réduire au maximum l’emploi des phytosanitaires et de développer les alternatives, dans le respect les engagements du niveau 2 de la charte, avec un objectif à terme de les supprimer. Ce dernier a été atteint dès l’année suivante ce qui a permis à la commune d’obtenir le label de niveau-3.

Crédit photo : Ascomade

Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région Franche-Comté et Bernard Vermenot, agent communal

Retour d’expérience

La mise en œuvre des alternatives débute seulement désherbage manuel, mécanique (débroussailleuse) et thermique. Certains espaces ont été remis en herbe de manière spontanée, et le paillage a été généralisé sur la commune (massifs et pieds d’arbres).

Pour autant, l’entretien n’est pas évident pour les agents communaux et la difficulté à gérer le développement des adventices conduit la commune à une réflexion sur la mécanisation du balayage des voiries.